Actualités

 

Belle affluence à la Fête du canal 2016 !

IMG_4584IMG_4514IMG_4408IMG_4530

La venue du journaliste Edwy Plenel, fondateur de Mediapart, a fait événement lors de cette Fête du canal 2016. Plus de 150 personnes sont venues assister au débat autour de son dernier livre « Dire Nous ».

Une nouvelle fois, la Fête du canal a réuni la population sevranaise dans toute sa richesse, pour échanger, débattre et faire la fête, avec les concerts du swing band des Zamis Décalés et de la chanteuse folk Rachel Sonalm.

Tous nos remerciements aux bénévoles et aux les artistes qui ont fait la réussite de cette édition malgré une météo plus que capricieuse, avec une dédicace particulière aux camarades de Livry-Gargan qui participaient à nouveau à cette édition.

Plan Local d’Urbanisme : Vos élus interviennent au Conseil municipal

Lors du Conseil municipal du 30 juin, un sujet essentiel pour l’avenir de Sevran a été abordé : l’adoption du nouveau plan d’urbanisme.

Alors que de nombreuses et nombreux Sevranais étaient venus à ce Conseil municipal pour assister à cette discussion, ce point n’a été abordé qu’en 32ème position. Nous avions demandé au maire de Sevran de placer de ce sujet en 1ere position; cela a été refusé.

Clémentine Autain a fait part des inquiétudes que soulèvent ce projet dans la population et qui ont conduit le Front de gauche à voter contre le nouveau Plan local d’Urbanisme.

 

Intervention de Clémentine AUTAIN

Il nous est demandé de nous prononcer sur la révision du PLU arrêté en 2006 et modifié en 2010.

Le PLU était jusqu’à présent un document d’urbanisme déterminant pour fixer les orientations relatives au développement et à l’aménagement du territoire de notre collectivité. Il engageait l’avenir de notre ville. C’était un acte politique fort.

Ce qui était encore vrai en 2006 ne l’est plus. Depuis, le projet du Grand Paris lancé par Nicolas Sarkozy et poursuivi par François Hollande a considérablement changé la donne.

Les raisons de forme rejoignant les raisons de fond, le groupe des élus Sevran solidaire et citoyen s’opposent à ce nouveau PLU.

A – Une atteinte frontale à la démocratie locale

1 – Sur la forme, à l’évidence au niveau local, le maire ne peut s’affranchir d’un certain formalisme démocratique mais bafoue la vie démocratie locale.

Vis à vis de la population :

Les réunions citées dans le document ont rassemblé très peu de citoyens : pas par manque d’intérêt mais par une information et une mobilisation a minima de la part du bureau municipal. Donc :

  • Pas d’élaboration participative pour déterminer les grandes orientations
  • Une information à minima et à bas bruit ne prévoyant pas de laisser place à l’échange
  • En commentaire de l’article du Parisien annonçant le report du vote sur le PLU, une lectrice sevranaise a ajouté en commentaire : « La commune ne fait rien pour informer sa population. Les communes voisines comme Aulnay-sous-Bois ou Livry-Gargan placardent dans leur ville des affiches concernant la révision du PLU mais pas Sevran. … Même sur le site Internet de la Ville, il faut chercher où trouver cette information ».

Vis-à-vis des élus : diffusion seulement quelques jours avant le conseil municipal d’un document de centaines de pages censé engager l’avenir de la commune pour les 15 ou 20 ans à venir !

Votre démarche concernant le PLU est la même que sur le contrat de développement territorial : élaboration en petit comité et « concertation » purement formelle. Nous profitons d’ailleurs de ce conseil pour dénoncer votre comportement vis à vis de l’enquête publique en cours sur le projet de CDT : publicité réduite au minimum légal, absence d’information sur le site de la Ville, absence de réunion publique.

Ce que votre démarche démontre, c’est que, pour vous :

  • la participation des habitants n’a de sens que pour les informer et non les associer,
  • l’expression de leurs besoins et attentes n’est pas requise
  • la compréhension des enjeux du projet est dangereuse.

C’est là que la forme rejoint le fond.

2- Votre pseudo-démarche participative vise à rendre acceptable la confiscation démocratique qui est mise en œuvre par le gouvernement.

Le gouvernement a recours à deux moyens très puissants pour réduire les capacités d’intervention des élus locaux :

2-1 les OIN

  • Une opération d’intérêt national est une opération d’urbanisme à laquelle s’applique un régime juridique particulier en raison de son intérêt majeur. L’État se réserve dans ces zones la maîtrise totale de la politique d’urbanisme. Dans une zone OIN, c’est l’État et non la commune ou une instance élue qui délivre les permis de construire. De même, c’est le préfet et non la commune qui décide de la création d’une zone d’aménagement concertée (ZAC) à l’intérieur d’une OIN.
  • Le gouvernement envisage de recourir à une OIN multi-sites pour les opérations de construction de logements. C’est l’agence foncière technique de la région parisienne (AFTRP) qui a élaboré la carte des sites concernés par l’OIN. C’est cette même agence qui assurera la maîtrise d’ouvrage de l’aménagement sur les sites concernés quand bien même des aménageurs publics locaux sont déjà présents sur certains territoires.
  • Concrètement, le gouvernement par l’intermédiaire de l’AFTRP pourra utiliser à sa guise les terrains identifiés et monter les opérations d’aménagement et de construction de logements, délivrer des permis de construire, à la place du maire.
  • Certes les sites concernés par l’OIN ne sont pas officiellement annoncés mais ils sont déjà bien identifiés et curieusement la Seine Saint-Denis et Sevran sont largement concernés.

2-2 L’austérité budgétaire

  • Par l’assèchement des ressources budgétaires des collectivités qui touchent tous particulièrement celles qui sont les plus en difficulté.
  • Par l’absence de volonté politique de lancer la révolution fiscale nécessaire dont l’un des volets essentiels serait la mise en place d’une péréquation fiscale au niveau métropolitain ou régional de façon à ce que les impôts locaux d’un Sevranais soir proportionnellement le même que celui d’un habitant de Puteaux ou de Neuilly sur Seine !
  • Les collectivités et les communes comme Sevran sont privées de capacité d’investissement pour répondre aux besoins de la population en services publics (établissements scolaires, équipements sportifs et culturels, santé, petite enfance, …) favorisant le recours aux partenariats publics privés pour le plus grand profit des investisseurs privés et aux détriment des contribuables locaux.

B – Un aménagement du territoire qui ne répond pas aux besoins des populations

3- Le projet de PLU ne vise qu’à accompagner les décisions d’aménagement prises dans le cadre du Grand Paris.

Depuis le début nous avons marqué notre opposition au projet du Grand Paris initié par Nicolas Sarkozy et poursuivi sans inflexion par François Hollande et Manuel Valls.

Nous ne sommes pas opposés par principe aux réflexions prospectives et stratégiques sur l’aménagement du territoire. Elles sont nécessaires pour inscrire les grandes et petites évolutions de nos territoires dans une vision étayée, partagée et structurée.

Les cadres régionaux et métropolitains sont adaptés aux projections à 15 ans ou plus. Mais pour nous, ils doivent répondre à la volonté de promouvoir la solidarité entre les territoires et la justice sociale et d’assurer un développement durable dans ses deux dimensions écologique sociale.

Le projet originel du Grand Paris est tout autre. Il est bâti sur le dogme libéral poussant à la concurrence entre les territoires aux niveaux mondial, européen et national. Complété par la loi MAPAM portée par le gouvernement actuel instaurant les métropoles, c’est tout sauf un plan d’aménagement du territoire qui se dessine à l’échelle nationale

Avec l’OIN, le Grand Paris se voit doté d’un outil pour soit disant favoriser la construction de 200.000 logements dont l’Ile de France a cruellement besoin.

C’est passer sous silence, l’assèchement régulier et répétitif des sources de financement du logement social. En réalité compte tenu des délais qui seront nécessaires à la mise en place des nouvelles organisations, on peut douter de l’efficacité du système pour faire sortir rapidement de terre les logements attendus. Pendant ce temps-là, des villes, nombreuses, continuent de ne pas appliquer la loi SRU – dans les Hauts-de-Seine notamment.

En revanche, le choix des sites ne trompent pas sur les intentions profondes. En ciblant très largement la Seine Saint Denis et le Val de Marne, le gouvernement vise des zones où certes il existe du foncier disponible mais surtout du foncier disponible peu cher .

Et quand Sevran est particulièrement visée par la construction de 5.300 logements décidés dans le cadre de l’OIN, quel sens donner au PLU qui nous est présenté si ce n’est celui de nous faire avaler une pilule bien amère.

Cette stratégie est bien présentée dans le document du PLU : « Une stratégie foncière pertinente pour la gestion de l’espace, et suivant la progression des mutations urbaines et des besoins sociaux ».

Aussi, nous pouvons nous inquiéter de voir apparaître à maintes reprises dans le projet de PLU, la volonté de développer la mixité sociale. Si dans l’absolu, l’intention n’est pas critiquable, il est assez légitime de se demander quel sort sera réservé aux habitants qui ne répondront à cet objectif.

4 – Ce PLU n’est qu’un miroir aux alouettes pour cacher des perspectives moins réjouissantes

S’agissant de la Plaine Montceleux, rebaptisée Terre de Sports par le projet Terre d’Avenir.

Vous masquez deux faits déterminants :

  1. Le projet d’école de football que vous aviez inscrit à l’origine ne s’installera pas à Sevran – et c’est regrettable.
  2. Votre projet de lac artificiel (rebaptisé maintenant centre nautique) ne s’appuie sur aucune étude technique et géologique. Et pour cause !

C’est le énième grand projet pour cet espace. Comme les précédents, il risque bien de n’être que mirage qui s’évanouira bien vite laissant de grandes opportunités à l’OIN pour la construction de logements. Nous rappelons là notre proposition de développer un pôle universitaire sur les 35 hectares, répondant aux besoins de formation des jeunes, valorisant au travers d’une activité intellectuelle notre territoire.

Votre projet s’accompagne également d’une nouvelle « intensification urbaine » depuis la RD115 jusqu’à la Plaine Montceleux dans ce quartier où les déséquilibres sont déjà forts entre besoins de la population et services publics disponibles.

Pour ce qui est du «  Nouveau quartier du marché », le projet prétend viser « à développer des formes urbaines de grande qualité architecturale et environnementale ». Pour le dire plus ouvertement, votre projet ouvre la voie à l’abandon aux promoteurs des terrains de la Marine ou ceux de la Cité des Sports, entre autres.

Avec le site de la Westinghouse, nous avons l’illustration des tours de passe–passe qui permettent la multiplication des logements. Après la cession par la ville des anciens terrains SETIMO, le projet initial faisait état de 600 logements : 264 logements familiaux et 336 logements pour étudiants, seniors ou jeunes actifs soit une population supplémentaire prévisible de 1 500 personnes. Mais le promoteur ne cache plus que cette première phase ne représente que 50 % de l’opération complète !

Enfin, nos espaces verts sont menacés. Si nous avons pu faire reculer la société du Grand Paris quant au projet d’implantation d’une bouche de métro dans le parc des Sœurs, le Bois de la Tussion est aujourd’hui menacé par la construction de logements. A rapprocher du projet de Central parc dans le parc de la Courneuve. Mais qu’on se rassure rien de tel dans le bois de Vincennes ou au parc de Saint Cloud.

Enfin, nous ne trouvons rien dans ce document, pas plus d’ailleurs que dans celui du CDT, de propositions concrètes et sérieuses concernant le développement d’activités et d’emplois.

Alors que le Premier ministre dénonçait il y a peu, « l’apartheid » dont souffraient certaines banlieues, rien ne permet d’entrevoir un début de rééquilibrage territorial.

Enfin pendant que le Président de la République s’active à la préparation de la conférence sur le climat, un de ses ministres libéralise le transport en cars, et le projet du Grand Paris que pilote son gouvernement grignote les poumons verts de la Seine Saint Denis, au risque de tuer les espaces naturels qui s’y sont développés.

En conclusion

Ce projet est à l’opposé de la démarche et de la politique que les élus de notre groupe veulent promouvoir. Nous pensons que le devenir de nos villes, et de Sevran pour ce qui nous concerne, doit appartenir à celles et ceux qui y vivent, qu’il doit faire l’objet de débats et de concertations réelles. Nous refusons d’inscrire l’avenir de nos territoires dans le dogme libéral du profit et de la concurrence contraire aux vrais fondements du développement durable dans sa dimension écologique et sociale. Nous refusons un PLU qui s’inscrit dans un projet métropolitain fondé sur un déni démocratique, renforçant les déséquilibres et les inégalités territoriales. Nous refusons de faire de Sevran une ville dortoir dépossédée de la maîtrise de son avenir.

S’il est nécessaire de penser l’aménagement du territoire francilien et de Sevran, nous portons l’exigence que celui-ci soit pensé avec ses habitants, qu’il réponde aux besoins des populations présentes et qu’il soit l’occasion de renforcer la démocratie territoriale.

 

Fête du canal 2015 : Toujours plus de monde, de débats et de bonne humeur

fête du canalPour la deuxième réédition de la Fête du canal à Sevran, dimanche 7 juin 2015, plusieurs centaines d’habitants avaient répondu à l’appel de cette journée de débats et de convivialité. Un vrai essor par rapport à la précédente édition !

Le débat-dédicace avec la journaliste Rokhaya Diallo, fer de lance de la lutte contre toutes les formes de racisme a suscité beaucoup de réaction et d’énergie pour poursuivre ce combat. Puis en fin d’après-midi, avec Gilles Poux, maire de La Courneuve, Jean-Claude Boual du MNLE et Clémentine Autain, il fut question de la ville et de son environnement, avec le projet plus qu’inquiétant du Gouvernement Valls de construire 70 000 logements supplémentaires en Seine-Saint-Denis, dont 5300 sur notre territoire et 24 000 à La Courneuve. Un moment de convergence pour lancer de grandes mobilisations à la rentrée.fête du canal

La fête, la culture et la détente étaient aussi au rendez-vous, avec la musique du groupe Gwamaca, les performances des danseuses d’Arc en Ciel de Sevran ou encore les percussions africaines

Merci à tous les bénévoles qui se sont investis sans compter pour cette réussite et à tous les Sevranaises et Sevranais qui sont venus la partager. 

Rendez-vous en juin 2016 !


2eme Fête du canal ! Dimanche 7 juin à Sevran

Soyez nombreuses et nombreux à notre traditionnel rendez-vous de fête et d’échange !

Plusieurs temps forts cette année :

– A 17h, le débat sur la création de 5300 logements supplémentaires à Sevran et 24 000 à La Courneuve, en présence du maire de la Courneuve, de Clémentine Autain, et de Jean-Claude Boual du MNLE

– A 15h, une rencontre avec Rokhaya Diallo, éditorialiste et essayiste, autour de son combat contre toutes les formes de racisme

flyer Fete canal 2015 flyer Fete canal 2015v

 

 

Sevran cité-dortoir ? Pour nous c’est NON ! Participez à l’enquête publique du 1er au 30 juin

A3 Enquete publique1A3 Enquete publique2